le prix nobel d'economie serait-il exclusivement reservé aux americains?

Publié le par cerdom

2009 : Elinor Ostrom, la première lauréate femme

Elinor Ostrom (1933), de l'Université d'Indiana, est la première femme à recevoir le prix Nobel d'économie, en octobre 2009. Elle est économiste et professeur de sciences politiques. Elle partage son prix avec Oliver Williamson, de l'université de Berkeley, pour leurs travaux sur la gouvernance économique. Elinor Ostrom a démontré, selon le comité Nobel, "comment les co-propriétés peuvent être efficacement gérées par des associations d'usagers". © DR

Elinor Ostrom (1933), de l'Université d'Indiana, est la première femme à recevoir le prix Nobel d'économie, en octobre 2009. Elle est économiste et professeur de sciences politiques. Elle partage son prix avec Oliver Williamson, de l'université de Berkeley, pour leurs travaux sur la gouvernance économique. Elinor Ostrom a démontré, selon le comité Nobel, "comment les co-propriétés peuvent être efficacement gérées par des associations d'usagers".

Oliver Williamson, récompensé en 2009

Prix Nobel d'économie en octobre 2009 avec Elinor Ostrom, Oliver Williamson (1932) a "montré que les marchés et les organisations hiérarchiques, à l'image des entreprises, ont des structures de gouvernance alternatives qui diffèrent dans leur façon de résoudre les conflits d'intérêt". © DR

Prix Nobel d'économie en octobre 2009 avec Elinor Ostrom, Oliver Williamson (1932) a "montré que les marchés et les organisations hiérarchiques, à l'image des entreprises, ont des structures de gouvernance alternatives qui diffèrent dans leur façon de résoudre les conflits d'intérêt".

2008 : Paul Krugman ou l'économie géographique

 

L'Américain Paul Krugman (1953), de l'université de Princeton, est spécialiste des échanges commerciaux et chroniqueur au "New York Times". Il est récompensé en 2008 pour avoir montré "les effets des économies d'échelle sur les modèles d'échanges commerciaux et la localisation de l'activité économique". © DR

L'Américain Paul Krugman (1953), de l'université de Princeton, est spécialiste des échanges commerciaux et chroniqueur au "New York Times". Il est récompensé en 2008 pour avoir montré "les effets des économies d'échelle sur les modèles d'échanges commerciaux et la localisation de l'activité économique".

2007 : un prix pour trois Américains

Eric Maskin (1950, photo), de l'université de Princeton, Leonid Hurwicz (1917-2008, université du Minnesota) et Roger Myerson (1951), de l'université de Chicago, sont récompensés pour leurs travaux sur la théorie de la conception des mécanismes de marché, qui analyse la manière dont les marchés ou institutions économiques émergent, prenant en compte notamment les asymétries d'information (par exemple les situations dans lesquelles les acteurs mentent). © DR

Eric Maskin (1950, photo), de l'université de Princeton, Leonid Hurwicz (1917-2008, université du Minnesota) et Roger Myerson (1951), de l'université de Chicago, sont récompensés pour leurs travaux sur la théorie de la conception des mécanismes de marché, qui analyse la manière dont les marchés ou institutions économiques émergent, prenant en compte notamment les asymétries d'information (par exemple les situations dans lesquelles les acteurs mentent).

2006 : Edmund Phelps

L'Américain Edmund S. Phelps (1933), professeur d'économie politique à l'université Columbia, a été récompensé en 2006 pour son "analyse des compromis intertemporels en politique macroéconomique". Il est célèbre pour sa théorie du "taux de chômage naturel" et ses travaux sur la croissance économique dans les années 60. © DR

L'Américain Edmund S. Phelps (1933), professeur d'économie politique à l'université Columbia, a été récompensé en 2006 pour son "analyse des compromis intertemporels en politique macroéconomique". Il est célèbre pour sa théorie du "taux de chômage naturel" et ses travaux sur la croissance économique dans les années 60.

2005 : Robert J. Aumann et Thomas C. Schelling (photo)

Robert J. Aumann (Etats-Unis, 1930), mathématicien célèbre de l'université de Jérusalem et Thomas C. Schelling (Etats-Unis, université du Maryland) sont récompensés pour "avoir amélioré notre compréhension des mécanismes de conflit et de coopération par l'analyse de la théorie des jeux". © DR

Robert J. Aumann (Etats-Unis, 1930), mathématicien célèbre de l'université de Jérusalem et Thomas C. Schelling (Etats-Unis, université du Maryland) sont récompensés pour "avoir amélioré notre compréhension des mécanismes de conflit et de coopération par l'analyse de la théorie des jeux".

2004 : Finn E. Kydland (photo) et Edward C. Prescott

Le Norvégien Finn E. Kydland (1943), de l'université Carnegie Mellon en Norvège, et l'Américain Edward C. Prescott (1940), économiste à la Réserve Fédérale de Minneapolis et à l'université d'Arizona, sont récompensés " pour leur contribution à la théorie de la macroéconomie dynamique et, plus particulièrement, pour leurs travaux sur les cycles économiques et l'efficacité des politiques monétaires". © DR

Le Norvégien Finn E. Kydland (1943), de l'université Carnegie Mellon en Norvège, et l'Américain Edward C. Prescott (1940), économiste à la Réserve Fédérale de Minneapolis et à l'université d'Arizona, sont récompensés " pour leur contribution à la théorie de la macroéconomie dynamique et, plus particulièrement, pour leurs travaux sur les cycles économiques et l'efficacité des politiques monétaires".

2003 : Robert F. Engle et Clive W. J. Granger (photo)

Robert F. Engle (1942, Etats-Unis), de l'université de New York, et Clive W. J. Granger (1934-2009, Grande-Bretagne) sont récompensés pour leurs travaux "ayant permis d'améliorer la fiabilité des prévisions économiques". © DR

Robert F. Engle (1942, Etats-Unis), de l'université de New York, et Clive W. J. Granger (1934-2009, Grande-Bretagne) sont récompensés pour leurs travaux "ayant permis d'améliorer la fiabilité des prévisions économiques".

2002 : deux trouble-fête de l'économie

Daniel Kahneman, sur la photo (1934, israélo-américain), psychologue et économiste, de l'université de Princeton, est récompensé "pour avoir introduit en sciences économiques des acquis de la recherche en psychologie, en particulier concernant les jugements et les décisions en incertitude". Vernon L. Smith (1927, Etats-Unis), professeur d'économie du droit à l'université George Mason en Virginie, est récompensé pour avoir - comme son "co-lauréat" - consacré l'économie comme une science expérimentale. © DR

Daniel Kahneman, sur la photo (1934, israélo-américain), psychologue et économiste, de l'université de Princeton, est récompensé "pour avoir introduit en sciences économiques des acquis de la recherche en psychologie, en particulier concernant les jugements et les décisions en incertitude". Vernon L. Smith (1927, Etats-Unis), professeur d'économie du droit à l'université George Mason en Virginie, est récompensé pour avoir - comme son "co-lauréat" - consacré l'économie comme une science expérimentale.

2001 : Joseph Stiglitz (photo), Georges Akerlof et Michael Spence

Les trois Américains Joseph Stiglitz (1943), Georges Akerlof (1940) et Michael Spence (1943) sont récompensés en 2001 pour leurs travaux sur l'économie de l'information et la notion d'asymétrie d'information. Joseph Stiglitz est célèbre pour sa participation à l'administration Clinton, pour ses violentes critiques envers le FMI, la Banque mondiale, où il a été économiste en chef, et le président George W. Bush. Il a mené en 2008, à la demande de Nicolas Sarkozy, une mission de réflexion sur les instruments de mesure de la croissance. © DR

Les trois Américains Joseph Stiglitz (1943), Georges Akerlof (1940) et Michael Spence (1943) sont récompensés en 2001 pour leurs travaux sur l'économie de l'information et la notion d'asymétrie d'information. Joseph Stiglitz est célèbre pour sa participation à l'administration Clinton, pour ses violentes critiques envers le FMI, la Banque mondiale, où il a été économiste en chef, et le président George W. Bush. Il a mené en 2008, à la demande de Nicolas Sarkozy, une mission de réflexion sur les instruments de mesure de la croissance.

2001 : l'économétrie à l'honneur

L'année 2001 récompense deux spécialistes de l'économétrie (techniques statistiques destinées à mesurer des grandeurs économiques) : James Heckman, sur la photo (1944, Etats-Unis), de l'université de Chicago, et Daniel McFadden (1937, Etats-Unis), professeur à Berkeley. © DR

L'année 2001 récompense deux spécialistes de l'économétrie (techniques statistiques destinées à mesurer des grandeurs économiques) : James Heckman, sur la photo (1944, Etats-Unis), de l'université de Chicago, et Daniel McFadden (1937, Etats-Unis), professeur à Berkeley.


                                                                                                               pour-2-.gifYoussouf Nvuh Njoya
source la tribune.fr

Publié dans A votre Avis

Commenter cet article

lionel 05/07/2011 01:05


les thèmes ici sont digestes et instructifs pour de jeunes économistes en herbe comme moi.de grace,actualiser.


Youssouf Nvuh Njoya 22/12/2010 10:12


Tout d'abord Dimitri une politique d'endettement dans le contexte d'un État se définit comme le recours de ce dernier à la dette publique comme moyen de financement de l'économie. La dette prend le
plus souvent la forme d'emprunts d'État. on distingue la dette publique intérieure, détenue par les agents économiques résidents de l'État émetteur et la dette publique extérieure, détenue par des
prêteurs étrangers. On distingue également la dette de court terme (un an ou moins), à moyen terme (jusqu'à dix ans) et à long terme (au-delà de dix ans).
Sur le plan théorique, Le courant de la pensée keynésienne prônait la mise en place de politiques de relance qui auraient permis d’augmenter durablement la production et par conséquent la
croissance économique. Cette politique de relance financée évidemment par l'emprunt. Mais les échecs répétés des politiques de relance des années 80 dans les pays développés ont amené ces derniers
à cesser ces pratiques, qui avaient amené leurs endettements à des niveaux très élevés. À ces échecs pratiques constatés, Robert Barro(1974) a donné une explication théorique. La hausse des
dépenses publiques favorise l’épargne des agents économiques (en prévision de futurs impôts) et que cet effet rend inefficaces les politiques de relance (principe d’équivalence ricardienne ou
équivalence Barro Ricardo). Barro fait référence à la théorie des anticipations rationnelles. C'est la raison d'ailleurs que dans le cadre des PAS et ensuite l'IPPTE pour les pays en voie de
développement cette forme de financement est abandonnée au profit des IDE et investissements de portefeuille. Le recours à l'emprunt obligataire d'actualité au Cameroun stimulera la croissance à
condition que les investisseurs souscrivent aux émissions d'emprunt de l'etat, c'est à dire tant qu'ils auront confiance en leur remboursement. Quand l'état est trop endetté, il risque de ne plus
être capable de rembourser, et de se surendetter ou de ne plus être solvable, et là il y'a un problème. C'est pourquoi une politique d'endettement prudente est souhaitable.


tchakounte dimitri 21/12/2010 20:08


es ce que le terme prudente dans la phrase "politique d'endettement prudente" de l'Etat mettrai en exergue l'incapacité de l'Etat face au remboursement des intérets escomptes de l'emprunt
obligataire?
ou alors l'emprunt obligataire serait-il un risque a courir pour l'Etat?


vincent de paul 17/12/2009 22:11


les amis du cerdom paul valéry disait "ce qui est simple est faux et ce qui est compliqué est inutile" mais a mon avis ce qui est juste est facile.
concernant les prix nobel d'économie pourquoi sont t'ils tous américain et bien c'est simple ils investissent énormémentr dans la recherche pour info le budget de Harvard est de 20milliards de
dollars c'est la somme du budget de toutes les universités en France et au Cameroun je préfère éviter le calcul ça pourrait approcher un siècle.Donc ne nous indignons pas c'est normal; De plus les
USA favorise beaucoup les immigration des chercheurs je pense à Einstein et à ces russes qui ont mis au point la première fusée qui a atteint la lune.Au total ce qui se passe naît d'une grande
volonté américaine d'être leader et de piloter le monde. vincent.


MBOUTCHOUANG KOUNTCHOU Armand 14/12/2009 13:58


Merci au groupe pour cet article. Il est très intéressant mais surtout incomplet. De grâce complétez le.
Merci.