La Cemac : l'ére des reformes

Publié le par cerdom

beac.gifAu terme du sommet des chefs d'Etat d'Afrique Centrale à bangui, tenu le 16 et 17 janvier dernier la nouvelle est tombé telle une météorite. Le consensus de fort Lamy fait désormais partie de l'histoire. En effet, le  poste  de Gouverneur  de la banque est désormais rotatif selon un critère alphabétique, à ce titre le nouvel argentier de la BEAC se nomme Lucas Abaga Nchama de nationalité Equato-guinné. Jusque-là directeur général chargé de l’exploitation, il remplace le Gabonais Philibert Andzembe.
Agé de 48 ans, Lucas Abaga Nchama est présenté comme un gestionnaire pétri d’expérience et rompu à la tâche. Il devra remettre sur les rails une banque des Etats de l’Afrique centrale encline aux détournements en cascade. Dès lors, il est logique de croire que les défis qui attendent le nouvel argentier de la sous-région ne sont pas mièvres. Aussi devra t-il travailler d’arrache-pied pour convaincre les chefs d’Etats du Cameroun, du Gabon, du Congo, de la République centrafricaine, du Tchad et de son pays d’origine la Guinée Equatoriale de ce qu’il est à n’en point douter, « the right man on the right place ». En cinq ans, durée de son mandat, Lucas Abaga Nchama devrait tout mettre en œuvre pour convaincre. Et tout cela passe, bien évidemment, par une gestion saine des biens publics. Même si des voix internes à la banque disent de lui qu’il traîne lorsqu’il s’agit de traiter un dossier. Nous confortant ainsi dans l’adage selon lequel « qui fait vite fait deux fois ».
Outre le dossier de la Beac d' autres avancées notoires ont été enrégistré parlant de la BDEAC , d’Air CEMAC et du passeport CEMAC.

Concernant la BDEAC , elle sera présidée par le Gabonais, Michael Adande. Des anciens dirigeants des deux institutions ont été relevés de leurs fonctions, notamment Philibert Andzembe et Rigobert Roger Andeley, anciens gouverneur et vice gouverneur, André Mfoula et Mme Assako Joelle Christelle, cadres, pour la BEAC et Anicet Georges Dologuele, ancien président pour la BDEAC. Ils sont, par ailleurs, passibles de poursuites judiciaires pour ceux qui sont convaincus de malversations.

Ensuite Air CEMAC. Brazzaville a été choisie comme siège. Telle est la principale décision. La commission de la CEMAC a été chargée de veiller à ce que, en relation avec tous les partenaires (Etats, privés, South Africa Airways et BDEAC), Air CEMAC prenne l’envol en cette année 2010.

Le principe de la libre circulation des personnes et le passeport CEMAC sont maintenus. Ils vont s’effectuer dès cette année, conformément aux principes de l’organisation internationale de la police Interpol. Celle-ci a fixé la date d’avril 2010 pour l’harmonisation à travers les pays membres du passeport biométrique.

Le siège du parlement communautaire se trouve à Malabo. Il sera inauguré en mars 2010 lors d’un sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de la CEMAC. Le siège de la Cour des comptes demeure au Tchad, à N’Djamena. S’agissant des négociations des pays de la CEMAC avec l’Union européenne, les chefs d’Etat ont retenu le principe de la conclusion d’un APE (accord de partenariat) régional. Ils ont également demandé le rapprochement des places financières de Libreville et de Douala.

Quant au PER (Programme économique régional), il a été adopté. Cependant les chefs d’Etat ont demandé à la Commission d’examiner les moyens de sa mise en œuvre, notamment le financement. Ce programme, faut-il le rappeler, vise à faire de la CEMAC en 2025 un espace économique intégré et émergent où règnent la sécurité, la solidarité et la bonne gouvernance au service du développement humain. Ce programme doit s’appuyer sur les piliers suivants : le développement de l’énergie, l’agro-industrie, l’économie forestière, l’élevage et la pêche, enfin les mines et la métallurgie.

                                                                                                                                   Youssouf Nvuh Njoyapour-2-.gif                                                  
                

Publié dans A votre Avis

Commenter cet article

georges 26/01/2010 23:35


bonsoir à tous ,en cette soirée du 26 janvier 2010,grande est ma joie de noter que les dirigeants de nos États (cemac)s'arriment déjà la modernité,celle qui consiste en la remise en cause des
accords et conventions signés dp8 des années et qui à ce jour representent des obstacles pour le developpement de notre "Afrique" à nous continent d'hospitalité et de fraternité,la rotation de la
direction de la beac par les pays membres est une avançée considérable dans le processus de modernisation des politiques des états de la sous région ( air cemac.......et autres ),restent maintenant
à juger les nouveaux responsables dans leurs taches respectives mais surtout la mise sur pieds d'un système judiciaire capable de réprimander les écarts de comportements pouvant surgir des uns et
des autres...............G


nourdi 25/01/2010 22:04


je m'appelle nourdi , je suis l'un des vos étudiant du niveau 2 de la FSEG.
je trouve cela déjà exceptionnelle que vous ayez un blog
blog que j'ai trouvé intéressant en parcourant.
j'espère que vous y ferez un important instrument de recherche
MERCI