Quelques tuyaux pour faire une bonne dissertation économique (suite)

Publié le par cerdom

IV.— COMMENT CONSTRUIRE UN PLAN ?

Cette étape comporte deux phases : la détermination de la problématique et l’élaboration du plan.

A.— LA PROBLÉMATIQUE OU « L’ART DE POSER LES PROBLÈMES »

Problématiser c’est être capable de s’interroger sur un sujet pour faire émerger un ou plusieurs problèmes que vous vous proposez de résoudre, mais qui prêtent à discussion.

Il convient donc de reformuler le sujet sous la forme d’une question (ou de plusieurs questions articulées).

Une bonne problématique est englobante, actuelle et féconde.

Comment problématiser ?

Faire émerger des problèmes et tenter de les résoudre.

L’investissement est-il un facteur d’emplois ? ÄOui, mais

Inflation et chômage.ÄExiste-t-il une corrélation statistique entre inflation et chômage ?

Monnaie et inflation.Äest-ce l’augmentation de la masse monétaire (^MM) qui entraîne une hausse des prix (^P) ou est-ce (^ P) Ä(^MM) ?

Pour les questions proches de la question de cours, c’est plus difficile car il y a plus de latitude.

L’investissement immatériel. Quoi , Comment ? Effets ? Qui ? Où ? Äinventaire de problèmes, pas une problématique, il faut donc trouver un lien. L’investissement immatériel n’est pas compris dans la FBCF et pourtant sa croissance entraîne aussi celle de la FBCF ; il joue donc un rôle de plus en plus important.

Plan

I.— Investissement immatériel = investissement atypique

A.— Hétérogène et difficile à cerner

B.— Difficile d’évaluer son coût et sa rentabilité

II.— Investissement immatériel = investissement stratégique

A.— Ses effets potentialisent l’investissement matériel

B.— Il explique les écarts de productivité entre les pays malgré une homogéné-              isation des technologies.

B.— L’ÉLABORATION DU PLAN

Pour trouver les parties et les sous-parties, il faut avoir écrit toutes vos connaissances sur un brouillon, et avoir déterminé votre problématique.

À partir de là, essayez de dégager deux, trois ou quatre grandes idées susceptibles de s’articuler en une problématique d’ensemble.

Puis décomposez en sous-parties.

Vous pouvez tâtonner pour trouver le plan, procédez à des ajustements en gardant à l’esprit qu’il convient d’équilibrer les différentes parties.

Pour classer les idées, vous pouvez utiliser des systèmes d’opposition :

Interne

Externe

Quantitatif

Qualitatif

Analytique

Synthétique

Explicite

Implicite

Volontaire

Involontaire

Actif

Passif

Ex ante

Ex post

Déductif

Inductif

Court terme

Long terme

Marchand

Non marchand

Permanence

Changement

Exogène

Endogène

Direct

Indirect

Micro

Macro

Attendu

Réalisé

Structurel

Conjoncturel

Statique

Dynamique

Global

Spécifique

Inter

Intra

Monétaire

Réel

Offre

Demande

Offensif

Défensif

Vertical

Horizontal

Vertueux

Pervers

V.— LA STRUCTURE DE LA DISSERTATION ÉCONOMIQUE

Il faut rédiger l'introduction avant de commencer à écrire le corps de la dissertation. Lorsque le plan détaillé est terminé, la problématique mise au clair et l'argumentation ébauchée. Il en va de même pour la conclusion.

Je n’insisterai jamais assez sur les efforts que vous devez faire pour écrire lisiblement.

1.—- L'introduction

Une introduction correcte doit conduire (duro) le lecteur à l'intérieur (intro) d'un groupement de pensées. L’introduction est triple :

Elle annonce le sujet au lecteur, l'y conduire. Elle doit le mettre au courant du sujet que vous traitez ; elle doit montrer l'étendue du sujet et son actualité et mettre en lumière les difficultés qui s'opposent à sa résolution.

Elle expose votre problématique en reformulant le sujet, c'est-à-dire l'endiguant, le délimitant. Il ne faut pas y faire figurer la réponse donnée au problème.

Elle annonce les directions dans lesquelles vous vous engagez ou les divisions du développement.

L’introduction se décompose en cinq parties (l’ordre n’est pas impératif sauf pour le point n°5) :

définition des termes du sujet ;

délimitation du champ spatio-temporel ;

énumération de tous les courants théoriques et de tous les auteurs qui en parlent (en lettres majuscules) ;

actualité du sujet ;

annonce de la problématique et du plan adopté.

2.—- La conclusion

Elle est absolument nécessaire.

Un conseil : rédiger la conclusion après l’introduction, sur papier brouillon, ou mieux encore sur une feuille intercalaire. En effet, comme vous venez de rédiger le plan détaillé et l’introduction, vous avez bien en tête l’ensemble du problème et vous pouvez facilement faire le bilan du raisonnement.

La conclusion n'est ni un résumé, ni une envolée grandiloquente. La bonne conclusion est le résultat, le bilan d'une analyse qu'il convient d'éclairer et d'expliquer. On peut y noter d'autres cheminements qui auraient pu être empruntés ; voire les conclusions différentes qui auraient été tirées. Si c'est possible, on peut ouvrir une perspective sur un problème connexe ayant des liens directs et précis avec le sujet traité.

La conclusion ainsi rédigée, calmement, au propre, évitera l’erreur classique qui consiste à la bâcler. En effet, au terme de quatre heures de travail intensif, il est difficile —  dans une salle d’examen qui devient bruyante (remise des copies, appariteurs qui demandent les copies) — de conserver suffisamment de lucidité pour rédiger la partie du devoir par laquelle votre correcteur finira sa lecture.

Rédigée à l’avance sur une feuille intercalaire, la conclusion, bien construite, bien écrite et bien léchée, laissera une impression favorable au correcteur.

3.— Le développement et le plan

C'est la partie centrale du devoir, la plus importante par ses dimensions et son contenu. Un plan détaillé doit précéder la rédaction. Vous essayerez d'organiser ce plan en deux, voire en trois, parties. Celles-ci devront être équilibrées et comporter un nombre à peu près égal de paragraphes. Les transitions entre les différentes parties sont parmi les aspects les plus délicats d'une dissertation ou d'un quelconque exposé. En effet, c'est grâce à elles que vous conduisez le lecteur et que vous lui permettez de suivre le cheminement de votre démonstration.

Pour les concours des écoles de commerce, le PLAN apparaîtra clairement sur votre copie en utilisant le soulignement. Pour le concours d’entrée à l’ENS, je conseille de ne pas procéder ainsi et d’utiliser une typographie différente pour les titres et les sous-titres et de laisser des lignes entre les différentes parties du devoir pour bien en marquer l’ossature.

Avant de changer de partie, il faut écrire une phrase de transition à la fin de la partie que vous terminez. Vous devez ensuite sauter 4 ou 5 lignes pour bien marquer physiquement le passage à une autre partie.

À partir du plan détaillé que vous avez écrit sur votre brouillon, vous pouvez rédiger directement sur votre copie. Nul n’est besoin d’écrire deux fois des phrases complètes. Le plan détaillé constitue le canevas du devoir, il suffit de le suivre et de rédiger chacune des idées qu’il contient.

 

I

A

B

II

A

B

I

A

B

C

II

A

B

C

I

A

B

II

A

B

II

A

B

I

A

B

C

II

A

B

C

III

A

B

C

Les plans de secours

1.- MICRO                                     2.- MACRO

1.- POURQUOI                             2.- COMMENT

1.- FOND                                        2.- FORME

1.- AVANTAGES                          2.- INCONVÉNIENTS

1.- CAUSES                                   2.- CONSÉQUENCES

1.- DROITS                                    2.- DEVOIRS

1.- POUR                                        2.- CONTRE

1.- AVEC                                        2.- SANS

1.- AVANT                                     2.- APRÈS

1.- RESSEMBLANCES               2.- DISSEMBLANCES

Les deux premières formes sont très largement préférables

Tableau récapitulatif des types de plan

1.- Le plan
dialectique

Plan de controverse, c'est le plus connu. Trois parties le composent :

La thèse développe l'argumentation de l'auteur d'un jugement à discuter. Il faut faire preuve d'honnêteté, ne rien laisser dans l'ombre et surtout ne pas intervenir personnellement.

L'antithèse permet de discuter l'argumentation avancée précédemment et de donner des arguments opposés à la thèse. Là encore, on veillera à ne pas s'engager personnellement.

La synthèse qui consoude le dépassement de la contradiction. Il convient, ici, d'apporter une autre solution, voire un compromis constructif.

Le chômage est-il la manifestation d’un déséquilibre économique ?

Thèse / Antithèse / Synthèse

Commerce international et croissance interne

Oui (principe) Mais (limites)

Keynes est-il condamné aux oubliettes ?

Oui (en apparence) Mais (en réalité)

La reprise de l’investissement peut-elle permettre la réduction du chômage ?

A/B ?     B/C ?

2.- Le plan par gradation

Plan à plusieurs niveaux. il consiste à présenter et à analyser successivement les divers aspects d'un problème. Il convient essentiellement aux sujets qui proposent, explicitement ou implicitement, plusieurs éclairages d'un problème situé au cœur du même sujet. La conclusion ou, éventuellement, la dernière partie du développement rassemblera les divers points de vue, privilégiera le plus important et fera le point du problème.

3.- Le plan par ordre progressif

Il convient fort bien aux sujets qui concernent une définition, une classification. Il faut d'abord donner une définition ou une typologie élémentaire, voire contestable. Il convient ensuite d'amener une définition ou une classification plus satisfaisante, mais discutable et de proche en proche, aboutir à un concept satisfaisant pour l'esprit.

4.- Le plan comparatif

Comparer c'est opposer en faisant ressortir les différences aussi bien que les ressemblances. Tout plan comparatif devra s'efforcer de mettre en lumière le différent et l'analogue.

La théorie de la valeur chez les classiques et les néoclassiques

Différences / Ressemblances

Libre échange et protectionnisme

Divergences / Convergences

Crise de 1929 et crise actuelle

Comparaison des dimensions X / Y / Z

5- Les plans « inventaire »

Les mutations du système financier depuis le début des années 80.

Caractéristiques / Cause / Conséquences

L’économie française et la désinflation.

Causes / Conséquences

Analysez l’évolution de la politique monétaire en France depuis 1973.

Objectifs / Instruments / Résultats

5- Les plans par opposition

Comment peut-on expliquer la croissance de l’endettement des pays du tiers-monde ?.

Causes structurelles / Causes conjoncturelles

Analysez les causes de la désinflation en France depuis le début des années 80

Causes internes / Causes externes

Comment peut-on expliquer la montée du chômage dans les PID depuis le début des années 70 ?

Offre / Demande

Les conséquences macroéconomiques de la baisse de la durée du travail

Effets pervers / Effets vertueux

La reprise de l’inflation est-elle souhaitable ?

Effets à court terme / Effets à long terme

Les effets de la compétition technologique mondiale sur le marché du travail

Effets quantitatifs / Effets qualitatifs

6- Plan typologique

Vous examinerez le rôle de l’État dans les économies capitalistes

7- Plan de type interactif

Productivité et salaire

A çB ; B ç A

Taux d’intérêt et investissement

Existence d’une corrélation / Instabilité de la relation

La politique de lutte contre l’inflation est-elle compatible avec une politique de relance économique ?

Compatibilité / Incompatibilité

8- Plan chronologique

L’intervention de l’État dans l’économie en France depuis 1945

9- Plan typologique

Examinez le rôle de l’État dans les économies capitalistes

VI.— LA RELECTURE DU DEVOIR (10 minutes au moins)

Ne la négligez pas, pensez à lui réserver un temps suffisant. Vérifiez l’orthographe et la syntaxe. Peaufinez la ponctuation. Si un manque vous apparaît, n’hésitez pas à rajouter en veillant à ne pas surcharger votre copie. Soignez la lisibilité : titres, auteurs, écriture.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article