Quelques tuyaux pour faire une bonne dissertation économique

Publié le par cerdom

Quel qu'en soit le sujet, toute dissertation est une démonstration : à la fin du devoir, il est nécessaire que vous ayez montré ou prouvé quelque chose. Aussi tous les aspects d'un développement doivent converger vers l'objectif que vous vous êtes fixé au départ et qui doit apparaître clairement après l’étude sérieuse et réfléchie de l'énoncé du sujet.

C'est souligner que tout bavardage à propos d'un problème précis est le pire défaut, surtout si celui-ci est du style de celui du « café du commerce ».

Il convient, dans une dissertation économique de :

mobiliser vos connaissances, c’est-à-dire des concepts, des faits, des données chiffrées, des événements et des théories ;

confronter des points de vueet des théories variés ;

analyser la cohérencedes diverses théories ;

confronter les théories aux faitspour en vérifier la pertinence.

I.— LA DISSERTATION ÉCONOMIQUE EST UNE DÉMONSTRATION

IL FAUT DÉMONTRER. Pour cela, vous pouvez :

partir d’hypothèses desquelles vous tirez des conséquences logiques. Ces dernières sont ensuite confrontées aux faits dans le but de vérifier les hypothèses ; cela vous conduira à CONFIRMER ou à INFIRMER votre hypothèse de départ. Il s’agit d’un raisonnement hypothético-déductif ;

étudier les faits, les événements en utilisant des chiffres ou des ordres de grandeur ; cela vous permettra de généraliser les observations dans le but d’en tirer une interprétation qui permet alors d’argumenter. Il s’agit d’un raisonnement inductif.

Toute démonstration implique d’éviter trois dangers qui vous guettent :

étendre abusivement le sujet,

en réduire la portée

ou en modifier la nature.

Cela vous impose deux conditions préalables : aller au cœur du sujet et circonscrire le sujet.

De quoi s'agit-il ? Il faut déterminer le cœur du sujet, puis ce travail effectué, il faut, de proche en proche, aller du cœur à la périphérie du sujet, c'est-à-dire définir ses frontières au-delà desquelles ce n'est plus le sujet.

Traiter le sujet, rien que le sujet, tout le sujet, c'est le but du développement et c'est fondamental.

Examinez la question posée : « que me demande-t-on ? »

Circonscrivez le (ou les) thème(s) d’étude, « quels sont les domaines sur lesquels on m’interroge ? »

Déterminez le contexte dans le temps et dans l’espace.

Toute démonstration exige cohérence, ordre et progression.                
Il y a des idées-forces et des idées secondaires, elles ne sont pas toutes au même niveau, ni sur le même plan ; il importe donc de les présenter de manière cohérente. Il faut faire attention aux contradictions. Il faut mettre en valeur le fil directeur de devoir, sa problématique.

Toute démonstration demande précision, concision et clarté.    
Forme et fond sont une même réalité. Comme le disait si justement Boileau, « Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément. »  
Tendre à la précision consiste à s'exprimer à l'aide des termes propres et donc à chasser impitoyablement toute approximation dans l'expression. L'idéal est le devoir court, mais dense et complet dans lequel l'essentiel est dit. Le pire est le devoir fleuve dans lequel vous ne distingueriez pas les éléments appartenant au sujet traité et ceux qui y sont étrangers. Cette remarque est encore plus importante pour les sujets de concours qui comportent de nombreuses annexes qu'il faut lire et élaguer.

Toute démonstration fait appel à l'objectivité rigoureuse et à la plus grande personnalité.
Les faits et les chiffres sont souvent nécessaires pour étayer et sous-tendre une démonstration, aussi faut-il être objectif. Pour cela, il faut être sérieux et retenir les chiffres les plus importants et en citer les sources. Mais la dissertation doit contenir aussi une prise de position sur le sujet sans affirmer péremptoirement : « Je suis pour » ou « Je suis contre » ou encore « YAQUA ».
La prise de position réside dans la problématique et l'argumentation. Ceci est encore plus vrai lorsque le sujet comporte les mots "Commentez et discutez".

II.— IL FAUT D’ABORD LIRE ET INTERPRÉTER LE SUJET

Surlignez les termes importants du sujet.

Définissez-les soigneusement.

De quel sujet s’agit-il ? sujet comparatif, sujet basé sur une évolution, etc.…

Délimitez le sujet dans le temps et dans l’espace.

Délimitation dans l’espace

Le cadre spatial peut être donné directement par le sujet         
Exemple : « analysez la politique de désinflation compétitive en France. »

Le sujet peut comporter un cadre spatial centré sur un ensemble de pays : les PID, le tiers monde, les pays émergents.         
Exemple : « Croissance, crise et protection sociale dans les grands pays développés » (Ecricome 1989) ou encore « Comment expliquer les écarts existant entre les taux de chômage de différents pays développés ? (ESCP 1998).    
Dans ce cas, il est possible de privilégier le cas français, sans toutefois s’y limiter.

Le sujet peut ne reposer sur aucun cadre précis, il concerne alors l’ensemble des pays développés ainsi que ceux du tiers monde.     
Exemple : « Commerce international et protectionnisme depuis le premier choc pétrolier. » (ESLSCA 1987) ou encore « Les enjeux de la mondialisation » (HEC 1998) ou encore « Protection sociale et performances économiques (ESSEC 1998).    
Le cas du tiers monde ne doit pas être oublié dans de tels sujets.

Délimitation dans le temps

Le cadre temporel peut être clairement défini par le sujet. Encore faut-il vous interroger sur la signification de ce cadre temporel, ce qui peut donner d’utiles indications sur le sujet.       
Exemple : « Le rôle des administrations publiques et de l’Etat en France au cours des trente dernières années » (ESCP 1991). L’expression « trente dernières années » ramenait le début de la période étudiée aux fondements de la Vème République (nouvelle constitution, volontarisme plus marqué, impératif industriel, politique de créneaux industriels… qui caractérisent bien l’action de l’État dans les années soixante).

Lorsque aucune indication temporelle n’est explicitement donnée, vous devez avoir à l’esprit que la capacité à replacer un sujet dans un cadre historique est appréciée. Vous choisirez donc des faits et des exemples de manière à valoriser votre culture historique et non seulement la connaissance de l’actualité. 
Exemple : « Les enjeux et les obstacles de la mutation technologique » (ESSEC 1987).         
Sur un tel sujet, les exemples tirés de l’actualité abondent. Toutefois, il vous faut savoir replacer ce sujet dans la perspective historique de longue durée et donner des faits et des exemples empruntés à la première, à la seconde révolution industrielle et à la révolution informationnelle que nous vivons. Cela sera apprécié.

III.— IL FAUT MOBILISER SES CONNAISSANCES :
LE QUESTIONNEMENT

Une méthode bien connue : Q.Q.O.Q.C.C.P. (QUI, QUOI, OÙ, QUAND, COMMENT, COMBIEN, POURQUOI) est toujours utile quant on veut mobiliser des connaissances.

Autre outil intéressant : la méthode heuristique de type remue-méninges.

Ce travail se fait au brouillon en prenant soin de n’écrire qu’au verso pour pouvoir, après mobilisation de vos connaissances, visualiser l’ensemble de vos notes.

A.— Vous pourrez distinguer trois étapes dans votre questionnement :

Explorez le champ conceptuel du sujet     
Analyser signifie décomposer un ensemble en divers éléments pour l’étudier ; analyser un phénomène économique consistera généralement à décrire ses caractéristiques et à déterminer ses causes et ses conséquences.

Identifiez les diverses théories      
Il faut, à propos de tous les sujets, faire ressortir les théories qui peuvent être mobilisées et vous montrer capable d’en faire ressortir les enjeux dans le débat économique. Il s’agit donc de situer le sujet dans ce débat théorique en rappelant les oppositions des différentes écoles de pensée sur ce thème.       
Exemple : « Les dépenses publiques sont-elles un facteur de croissance économique ? » (ESCP 1997). La dimension théorique d’un tel sujet  est très importante. Vous devez donc vous efforcer de restituer, au brouillon, les principales oppositions théoriques sur ce thème. Ce qui pourrait se faire ainsi :

Dépenses publiques

Conception keynésienne

Les dépenses publiques sont une composante de la demande effective.

Elles jouent le rôle de stimulation de l’activité par l’intermédiaire du multiplicateur dans les économies de sous-emploi.

Rôle anticyclique et stabilisateur automatique.

Théorème d’Haavelmo.

Conception libérale

Dogme de l’équilibre budgétaire et de la neutralité de l’État.

Effet d’éviction et théorème d’équivalence de Ricardo-Barro.

Inefficacité des politiques de relance par les dépenses publiques, (Friedman et, surtout Lucas) en raison des phénomènes d’anticipation.

Nota bene : vous écrirez toujours en lettres majuscules les noms d’auteur. Ainsi, ils frapperont le regard du correcteur qui embrassera d’un seul coup d’œil, votre culture.

Confrontez les approches théoriques et les données empiriques

Le concept peut ne pas avoir de contrepartie empirique observable, par exemple, la valeur, l’optimum, la rationalité. Dans ce cas, on recourt à des tests indirects pour démontrer.

Le concept peut avoir plusieurs contreparties empiriques observables, c’est le cas le plus général. Exemples : le chômage : demandes d’emploi en fin de mois (DEFM), population sans emploi à la recherche d’un emploi (PSERE), au sens du BIT ; la monnaie : M1, M2, M3, M4, endettement brut national (EBN).

Le concept peut n’avoir qu’une seule contrepartie empirique observable. Ainsi, pour la croissance, on utilise le PIB ; pour l’inflation, un des indices insee (notamment celui des 295 postes) ; pour l’investissement, la FBCF…

B.— Vous pourrez alors ordonner les observations empiriques

Quelques chiffres sont à connaître (des ordres de grandeur) : croissance, chômage, inflation, commerce extérieur, quelques agrégats : PIB, RDB des ménages, FBCF, l’évolution de la productivité, les taux d’intérêt, les taux de change. On DOIT très utilement connaître des chiffres de quelques pays.

Commenter cet article

ariell 07/07/2010 22:13


slt,bcp d'encouragements à tous les encadreurs du cerdom,vs faites du bon boulot,vraiment et que dieu vs benisse!!!