Les approches théoriques du commerce international

Publié le par cerdom

NIVEAU 1 : LES JUSTIFICATIONS DU COMMERCE INTERNATIONAL : LE PARADIGME DU LIBRE-ÉCHANGE ET SA CONTESTATION  

11 – L’approche classique

111 – La théorie de l’ « avantage absolu » de Adam SMITH : fondement de la théorie libre-échangiste

1111 – Les principes

1112 – Les avantages « absolus » : application

1113 – Correction de l’application

112 – La théorie de l’ « avantage comparatif » de David RICARDO  

1121 - Les principes

1122 – Les « avantages relatifs »: application

1123 – Correction de l’application

113 – La théorie des « valeurs internationales » de John STUART MILL (1806 – 1873) : une logique de demande

1131 - Les principes

1132 - Application

1133 – Correction de l’application

1134 - Commentaire général

12 – L’analyse néoclassique, prolongement du plaidoyer classique

121 – Le théorème de H.O.S. et la dotation en facteurs de production

122 – Le paradoxe de Vassili LEONTIEF

123 – Les dotations qualitatives en facteurs expliquent l’apparent paradoxe

124 – Le rôle des rendements d’échelle et des économies externes (Alfred MARSHALL)

125 – La « demande représentative » de Staffar Burenstam LINDER

126 – R. VERNON et L. WELLS : le cycle de vie international du produit

127 – La « demande de différence » de B. LASSUDRIE-DUCHÊNE

128 – Le développement « en vol d’oies sauvages » de Kaname AKAMATSU 

13 - Les théories protectionnistes, courant traditionnel mais non dominant du commerce international

NIVEAU 2 : POUR ALLER PLUS LOIN,  UN DEUXIÈME NIVEAU D’ANALYSE

21 - L’analyse classique originelle : une vision statique du commerce international

22 – Les analyses actuelles : approches dynamiques du libre-échange

221 - Première hypothèse ricardienne remise en cause : l’immobilité des facteurs de production

222 - Deuxième hypothèse ricardienne remise en cause : la loi des rendements constants

2221 – Introduction générale : posons le problème

2222 – Les apports d’Alfred MARSHALL

2223 - La réaction des ultra-libéraux

2224 - La réponse de Paul KRUGMAN : vive le protectionnisme tempéré !

2225 - L’apport de Robert LUCAS renforce les convictions néo-protectionnistes

2226 - Les limites du néo-protectionnisme, justification nuancée du libre-échange contemporain

223 – Un exemple concret d’application des préceptes théoriques : le cas de l’Union européenne

APPLICATIONS

SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES

 

                                                                        pour-2-.gif

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article