la bourse des valeurs en CEMAC : dérapage de l'intégration sous régionale Qu'en pensez vous?

Publié le par CERDOM

La communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) dont le développement de son marché financier est encore embryonnaire connait depuis lors une coexistence de deux marchés financiers qui se font concurrence. On a d'une part la bourse de valeurs à Douala au Cameroun (Douala Stock Exchange) qui est ici une initiative nationale et la Bourse de Libreville qui est une structure sous régionale bénéficiant de la sympathie de la Communauté Financière internationale qui encourage la constitution de grands ensembles régionaux et non de structures nationales. Cette situation semble inacceptable quand on sait que la sous région ne dispose pas assez de ressources pour le fonctionnement de ces deux entités; la solution idéale serait alors de fusionner les deux marchés. Or cette solution s'avère être le problème qui met en jeu deux protagonistes:Le Cameroun et le Gabon qui étaient candidats pour accueillir ce marché financier. En effet en 2001, les chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale ont créé la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (Bvmac), avec pour siège Libreville au Gabon. De son côté, la bourse nationale des valeurs mobilières du Cameroun, la Douala stock exchange (Dsx), a été créée au lendemain de la mise sur pied de la bourse régionale ouvrant ainsi un vaste débat quant à une réelle intégration dans cette sous région.
 
 
 
 
                                                                                                                pour-2-.gifYoussouf Nvuh Njoya

Publié dans A votre Avis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Landry 03/10/2009 12:06


La mort de bongo peut être un facteur déterminant dans cette histoire.Mais aussi et surtout le renfort du bir au gabon pr calmer la ville.


georges 30/09/2009 18:53


Au lendemain de ce nouveau conflit qui survient dans la sous région (cemac) il y va de soit que la notion "d'intégration" n'est pas encore présente dans nos mœurs ceci étant dus aux intérêts
égoïstes des uns et des autres car l'intégration sous régionale nécessite un changement de mentalité ( morale, savoir-vivre et savoir-faire ) de tous.kindly your's..........................G.